Skip to main content
All Posts By

SanghaWebmaster

Triste nouvelle – Décès de Fabien

By Nouvelles

Lettre à un ami

Cher Fabien,

Tu es reparti bien brusquement dans l’invisible, et ça nous a tous surpris.
A 11h00, mardi matin, j’échangeais un texto sympathique avec toi.
Tu me disais que nous allions bientôt nous revoir à la Gendronnière.
Mardi soir, ta lumière a été soufflée par l’impermanence,
comme une bougie balayée par une bourrasque soudaine.
Si c’est ta manière un peu abrupte de nous enseigner l’impermanence,
toi qui aurais eu bien du mal à nous l’expliquer avec des mots,
hé bien, c’est réussi.

Radical autant que spontané.
Il y aura toujours quelqu’un comme toi pour nous provoquer
et nous inciter à réfléchir sur la vie, la souffrance, les inégalités.

Je t’ai connu à la Gendronnière en 92.
Tu as été un bon compagnon sur la Voie.
Nous étions alors débordé par les grands travaux de voirie et de mise aux normes.
Tu conduisais le tracteur dans la forêt, aussi sauvage qu’elle,
compagnon bourru à souhait pour déranger les esprits trop maniérés
et élaguer les révérences superflues.
Parfois perdu dans le brouillard de tes pensées,
ou bricolant des trucs inutiles, marchant dans les collines,
tu n’as pas arrêté de laisser ta créativité s’exprimer,
un peu clochard, un peu génial,
provocateur branché sur les étoiles autant que sur les combats d’idées.
Après notre aventure de Lanau, tu prenais tout juste ta retraite
et tu avais encore plein de projets, de centres d’intérêt, de rêves et de perspectives.

Et voilà que tout cela s’évanouit pour que vienne enfin, plutôt que prévu,
le temps du repos, du silence et du non-agir.
Alors, ne t’arrête pas à la mort et continues,
assis tout droit, immobile dans ton nouvel espace de lumière
à te laisser absorber par le silence.
De toute façon, c’est toujours tout droit devant toi.
Et ne t’inquiète pas !

Chacun de nous s’en va aussi vers sa mort qui l’attend un peu plus loin.
Nous ne nous quittons jamais, avec ou sans ce corps éphémère,
dans lequel s’est révélée la vérité d’être.
La mort n’éteint pas la Présence silencieuse et éternelle.
Elle n’éteint pas ce que nous avons vécu ensemble.
Elle n’éteint pas ton visage souriant qui revient dans notre esprit
chaque fois que la pensée t’y ramène.
La mort n’éteint rien.
Nous ne cessons pas de nous voir dans l’esprit.
Nous y partageons tout.

Nous nous inclinons profondément devant tes deux garçons et leur mère,
devant celles et ceux que tu as aimés, qui t’ont accompagné et qui ont partagé
tes joies et tes peines.
La tristesse nous envahit.

Laissons vibrer juste pour toi, aujourd’hui, dans notre bouche,
le sutra de la Grande Sagesse.
Tu la rejoins dans la douceur triste de notre amitié.
Que notre chant incite tous les Bouddhas à venir participer à notre cérémonie.
Tu es déjà l’un d’eux pour des périodes de temps incommensurables.
Nous te souhaitons bonne route vers le Nirvana.

– Guy Mokuho

La dédicace de la cérémonie que nous faisons pour toi exprime ceci :

A présent nous nous souvenons des temps passés.
Le temps passe vite.
La mort succède à la vie.
Et lorsque ce moment arrive, il frappe comme la foudre.
Mais quand ce moment est passé, les vagues s’apaisent à nouveau.
Aujourd’hui, pour toi, Fabien, les causes et conditions de l’existence ont pris fin.
Nous comprenons ce qu’est l’impermanence de toutes choses,
et que cette mort signifie l’entrée dans le Nirvana.
Devant ce cercueil, nous invitons toute sa famille tous ses amis et proches
à offrir cette cérémonie à la gloire de tous les Bouddhas et de tous les êtres d’éveil.
Que les mérites du sutra de la Grande Sagesse te soient offerts, Fabien,
et t’accompagnent sur la route du satori.

Making of du Zoom Zazen

By Nouvelles

Making of du Zoumzazen

Par Pierre Dutheil

Etant un proche disciple de Guy Mokuho Mer-cier (moins de 150 km), je me suis déplacé pour me proposer pensant que pour cette connexion, il y aurait des sons à faire résonner ou éventuel-lement d’autres aides à apporter.

En fait, non. Tout était parfaitement organisé et simplifié sur place à Lanau. Mille mercis au(x) acteur(s) de l’ombre qui ont permis ça. J’étais donc le seul auditeur « en présentiel ». Les de-grés Celsius n’étaient pas très nombreux non plus à 8h30. Vers 10 heures, au moment de l’intervention de Guy Mokuho, un soleil rasant de fin d’automne , peut-être sentant l’évènement, rentrait en force depuis un moment dans le dojo. La température avait doublé et était désormais très conciliante. Le bois du mur en face de moi avait pris la teinte du miel, resplendissant, la paille du tatami une couleur douce, chaleureuse. Depuis que l’été s’est fini, ces mo-ments vont devenir rares et précieux à Lanau. Alors, la voix s’est élevée…

Guy Mokuho n’était préoccupé ni par le vide du dojo, ni par le plein du téléphone. Concentré, il discutait avec Keisan, patiem-ment, intimement, au sujet de la grande libération que procure « La clairvoyance sur les événements du quotidien ». C’est si simple, si vrai, si fort.

Il est très difficile d’exprimer le bonheur que c’était de pratiquer avec vous tous, tout seul sur mon zafu. Je pense que beaucoup d’entre vous l’ont ressenti aussi. J’ai souhaité quand même parta-ger l’image du profond gasho que Maître Guy Mokuho Mercier vous a envoyé à vous tous, les pratiquants du dojo virtuel de cette matinée-là.
P.S. C’est la première fois que je voyais un maître zen faire gasho devant un téléphone portable…

La 6ème vertu de perfection : la sagesse ou la Grande Sagesse

By Enseignements de Guy Mokuho

La 6ème vertu de perfection : la sagesse ou la Grande Sagesse

Cliquer ici pour l'article complet

Extrait:

Elle est appelée Prajnāpāramitā
« Les bodhisattva, dès l’apparition de l’esprit d’éveil, recherchent le Savoir de tous les aspects au cours duquel ils connaissent le vrai caractère des dharmas (des  phénomènes, et aussi des êtres). Cette sagesse est la Prajnapâramitâ. En japonais Maka Hannya.

Seule la sagesse obtenue par le Bouddha est la vraie vertu. Mais à cause de cette vertu, les efforts du bodhisattva sont aussi nommés vertu, car dans la cause on inclut l’effet  (le fait de mobiliser l’esprit d’éveil conduit automatiquement le bodhisattva à réaliser la sagesse, et, tôt ou tard, à accéder à la Grande Sagesse).

 

En tant qu’elle réside dans la pensée de Bouddha, et parce que le Bouddha a déjà atteint l’autre rive cette vertu de sagesse change de nom et s’appelle ‘‘Savoir de tous les  aspects’’ (le Bouddha a accédé à l’omniscience, Il sait). Mais lorsque le bodhisattva exerçant cette sagesse cherche à atteindre l’autre rive, elle s’appelle vertu (donc pâramitâ, une pratique pour atteindre l’autre rive). »

 

Cliquer ici pour l'article complet

Dana: le don, pâramitâ considérée comme la première !

By Enseignements de Guy Mokuho

Cliquer ici pour l'article complet
Bonjour à tous les membres de Tenbôrin 

Avec cette newsletter dont le thème est la pâramitâ Dâna, prennent fin les enseignements que j’ai essayé de formuler pendant ce confinement de quelques mois pour aider à continuer et approfondir la pratique de la Voie du Bouddha.

La 6ème pâramitâ est la Sagesse ; la Grande Sagesse !

Elle sera abordée en teisho et constituera le fondement des kusen et des enseignements pendant la session de juillet. Elle sera ensuite communiquée à tous par mail.

Dâna est le don.

A la sortie du confinement où les conditions économiques ont été très défavorables pour tous, nombreux sont les appels que font les entreprises et les associations pour recevoir une aide financière de leur membres. Libre à vous d’aider l’association Tenbôrin et le Centre de Lanau par un don, nous vous en serons très reconnaissants.

Mais la meilleure aide que vous puissiez faire est de venir pratiquer à Lanau pour y re-consolider la pratique et la relation d’amitié avec tous les membres de la sangha. Sûrement nous ferons de très belles sessions d’été dans des conditions très favorables.

A bientôt donc.

Avec toute mon amitié

Guy Mokuho

Cliquer ici pour l'article complet

Dhyâna : La méditation, le recueillement, la concentration

By Enseignements de Guy Mokuho

Cliquer ici pour l'article complet
Cher-e-s ami-e-s de Tenbôrin,

Après cette période de confinement où toute l’activité de la Sangha a été interrompue, nous serons heureux de pouvoir vous retrouver lors de nos sessions d’été. Sauf avis contraire du gouvernement, celles-ci pourront avoir lieu en juillet et en août. Le centre de Lanau est tout particulièrement adapté pour vous accueillir dans les meilleures conditions.

En effet nous disposons de chambres avec sanitaires indépendants, qui seront exceptionnellement cette année attribuées individuellement ou aux couples.

Le centre est suffisamment grand pour garantir le maintien parfait des règles de distanciation sociale. L’équipe Tenborin élabore actuellement les processus qui vous permettront de vivre en toute sécurité votre session d’été, et ainsi de profiter pleinement de votre pratique, des enseignements et de la nature.

Néanmoins les places seront limitées, et nous vous invitons à vous inscrire le plus rapidement possible en cliquant sur le lien ci-dessous.

Au plaisir de vous revoir et de pratiquer tous ensemble

Guy Mokuho et Le comité Tenborin

Shîla, la conduite éthique, les règles morales, la discipline

By Enseignements de Guy Mokuho
Cher-e-s ami-e-s de Tenbôrin,
Vous recevez régulièrement la Tenboring qui est notre newsletter.
Les enseignements sur les paramita sont sans doute un peu longs mais si vous n’avez pas le temps de les lire maintenant, téléchargez-les et gardez-les pour plus tard. Ils sont précieux.
La situation est un peu confuse pour savoir quand et comment nous pourrons organiser les sessions d’été de juillet et d’août.
Le comité de Tenbôrin se réunit régulièrement pour être en mesure de s’adapter aux circonstances. Le bâtiment de Lanau offre beaucoup d’espace et de nombreuses chambres et il sera plutôt facile de respecter les prescriptions sanitaires. Peut-être allons-nous retarder la date de la session de juillet.
Nous nous réjouissons de vous revoir bientôt. Gardez le moral !!
Plein de pensées amicales.
Guy Mokuho

Virya: l’énergie

By Enseignements de Guy Mokuho
Cliquer ici pour l'article complet

Chers amis de la Voie et de Tenbôrin,

Les circonstances actuelles nous replongent malgré nous dans un  »ici-maintenant » que l’on peut nier en restant scotché à l’information, au stress et aux commentaires continuels,  ou nourrir avec une conscience qui s’ouvre à la beauté de la nature (c’est le printemps !!), à celle des êtres (ô combien d’actes généreux chaque jour !) et que nous pouvons accueillir n’importe quand dans le silence de notre propre coeur.
Je suis sûr que chacun-e de vous pratique la vigilance et la générosité du mieux qu’il-elle peut. Et il faudra être patient car la conjoncture de confinement semble vouloir durer.
Pour ne pas rebondir sur les commentaires médiatiques habituels, j’ai préféré vous faire parvenir des enseignements que je sais un peu longs. Mais on ne peut parler pas en quelques mots de l’enseignement du Bouddha. J’ai pris beaucoup de plaisir à les travailler et les synthétiser pour vous.

Les pâramitâ que j’ai choisies de commenter sont vraiment d’actualité et doivent apporter à chacun-e de vous des pistes de réflexion et de comportement.. Télécharger les  »tenboring » et gardez ces  »teisho » pour une tranquille lecture dans l’avenir.

Par ailleurs, nous faisons de notre mieux pour organiser le futur de la sangha et du Centre de Lanau. Nous communiquerons avec vous chaque fois que les choses se précisent et que les informations et invitations à la pratique pourront se faire en conformité avec la sécurité de toutes et tous.

« Continuez zazen éternellement », disait maître Deshimaru quand il nous quittait quelques mois pour le Japon, chaque année. La pratique authentique n’a pas de fin (ni de commencement 😊).

J’espère de tout mon coeur vous revoir bientôt .

– Guy Mokuho

Ksanti: La Patience

By Enseignements de Guy Mokuho
Cliquer ici pour l'article complet

Ksanti : La patience (Nin en japonais) par Guy Mokuhô Mercier

Toutes les difficultés et les souffrances des êtres ont une cause. Pour les résoudre ou s’en libérer, il faut prendre le temps de s’examiner soi-même, s’étudier. C’est la pratique bouddhique exprimée par le Bouddha dans son premier Sermon de Bénarès sur les quatre Nobles Vérités.

La pratique des pâramitâ est inséparable de la quatrième Noble Vérité qui expose les étapes du sentier octuple qui mène à la cessation de la souffrance.

Vimalakirti et la maladie de tous les êtres

By Enseignements de Guy Mokuho

La maladie est partout présente aujourd’hui dans le monde, c’est un fait. Nous sommes tous informés des nombreuses souffrances qui en découlent et nous nous sentons bien impuissants devant une telle situation. Nous voyons se manifester spontanément, en ce moment, de véritables actes de générosité et des comportements exemplaires tels ceux des bodhisattvas qui symbolisent l’idéal bouddhiste, autant que des attitudes malsaines et une soif toujours inextinguible de chercher à tirer profit pour certains de cette souffrance.

Cliquez ici pour lire la newsletter Flash complète